Notice: Undefined offset: 5 in /home/www/archidiocesedebujumbura.bi/php/function.php on line 3133
Les Journalistes Catholiques de Bujumbura interpellés tendre fort l’œil de leur cœur lors des échanges avec leurs sources d’informations
Les Journalistes Catholiques de Bujumbura interpellés tendre fort l’œil de leur cœur lors des échanges avec leurs sources d’informations
Date de publication: 25/05/2022441 Vues Publié par : NIBITANGA Michel
En référence au message du pape François pour la 56ème Journée Mondiale des Communications Sociales, ces journalistes voulaient développer une réflexion théorique et pratique sur le thème: «Ecouter avec l’oreille du cœur», et ils ont médité sur l’écoute empathique pour une saine communication et l’écoute sociale et politique au service de la réconciliation au Burundi

En vue de la préparation du 56ème Journée Mondiale des Communications Sociales, le Noyau des Journalistes Catholiques de Bujumbura et des professionnels des médias, soutenus par l’Aumônerie des intellectuels, des fonctionnaires et des Hauts Cadres Catholiques du Burundi vivant dans l’Archidiocèse de Bujumbura, et en collaboration avec le Centre Diocésain de Communication de Bujumbura, (CEDICOM en sigle), a organisé une conférence, le mercredi 25 Mai 2022. Cette conférence s’est tenue dans l’une des salles de la Conférence Episcopale de l’Apostolat des Laïcs (CEAL), communément appelé chez le journal «Ndongozi».

En référence au message du pape François pour la 56ème Journée Mondiale des Communications Sociales, ces journalistes Catholiques de Bujumbura voulaient développer une réflexion théorique et pratique sur le thème: «Ecouter avec l’oreille du cœur»En effet, le Noyau de ces journalistes s’était proposé trois sous-thèmes: l’écoute journalistique sur terrain et dans les rédactions à la quête de la vérité des faits; l’écoute empathique pour une saine communication envers les personnes vulnérables; l’écoute sociale et politique au service de la réconciliation au Burundi.

Ces sujets ont été présentés respectivement par trois conférenciers: Monsieur Léandre Sikuyavuga, Président du Noyau des Journalistes Catholiques de Bujumbura, en même temps spécialiste en journalisme et l’un des responsable des médias (Directeur du Journal «Iwacu», Monsieur Alain Joseph Hatungimana, Psychologue, Fondateur et Directeur Exécutif de l’Association burundaise «Psychologue Sans Vacances», et Monsieur l’Abbé Dieudonné Niyibizi, Docteur en Communication Pastorale et Sociale, aussi Aumônier Principal de l’Aumônerie haut mentionnée et Directeur du Centre Diocésain de Communication de l’Archidiocèse de Bujumbura (CEDICOM).


L’Aumônier principal ayant les Journalistes Catholiques dans sa mission pastorale, Monsieur l’Abbé Dieudonné Niyibizi, dans son mot d’ouverture de la conférence, après avoir rappelé l’objet de la conférence et le thème autour duquel les participants allaient mener une réflexion, il a rappelé que le Burundi a connu un passé composé, un passé lourd, dont les astres projettent des couleurs douloureuses hélant même dans le présent, un passé imparfait qui,  malheureusement, semble ne pas passer.

Pour lui, ce passé exige de le lire avec des yeux ouverts à l’avenir car, même si elle est sombre et avec des lettres perdues ou effacées, les burundais le gardent encore en eux, donc c’est leur vie. «Le mal s’imprime avec des caractères fort colorés dans une mémoire de la victime», a indiqué l’Aumônier, signalant que cette victime est un maillon d’une grande famille aussi victime, et qu’une mémoire collective est transmise de générations en générations.

Et de demander aux professionnels de l’information présents d’apprendre à écouter les différentes catégories de personnes constitutives de cette famille, pour que ces victimes ne continuent pas de garder cette page sombre dans leurs cœurs alourdis, et surtout pour les amener à s’ouvrir au pardon et à la réconciliation. «La tourner [la page sombre], c’est passer d’un temps imparfait au temps plus que parfait ou l’on s’ouvre au pardon et à la réconciliation», a-t-il porté à la réflexion, le prêtre, rassurant que c’est à travers l’écoute avec l’oreille du cœur qu’on peut y arriver!


C’est le premier conférencier, Monsieur Léandre Sikuyavuga, qui a relancé la réflexion sur le thème, avec le premier sous-thème. Il a reconnu que l’écoute journalistique sur terrain (à la quête de l’information) et à la rédaction (pour donner forme aux éléments collectés), cette opération n’est pas facile car, d’une part, sur terrain, certaines sources d’informations ont à leur disposition une panoplie de moyens destinés à exercer sur le journalisme une pression, d’autres refusant de s’exprimer, et d’autre part, à la rédaction, ces journalistes ont l’obligation de trouver, coûte que coûte, de quoi remplir des colonnes des journaux ou diffuser sur des antennes, parce que le public qui l’attend a soif de l’information.

«Devant ce dilemme, il faut une écoute de soi, un discernement d’esprit pour juger et jauger ce que l’on voit, ce que l’on entend, et ne pas surtout tomber dans un piège, afin de pouvoir adopter une attitude qui rassure les sources d’informations qui, par la suite, donneront volontiers l’information de leur propre gré, parce qu’il ont confiance», a-t-il recommandé, informant que cela demande parfois un supplément d’âme qui raisonne dans les cœurs des journalistes, d’autant plus que même dans la rédaction, sous la pression de leurs rédacteurs en chef, l’écoute et le discernement continuent pour produire une information calibrée à diffuser dans les plus brefs délais, afin d’éviter des dérapages.


Le deuxième conférencier, Monsieur Alain Joseph Hatungimana, essayant de faire saisir la dimension empathique de la considération d’un journaliste qui va sur terrain pour récolter des informations, il a d’abord explicité le concept de «personnes vulnérables». Il a indiqué que chaque personne est, d’une manière ou d’une autre, tantôt en situation de bonheur, tantôt en malheur, selon les circonstances et les contextes, et que dans tous les cas, elle a besoin d’être écoutée, soit pour être soutenue dans son contentement, soit aussi pour être sauvé en cas de peine.

Ce Psychologue a d’opposé «empathie» de la «sympathie», le premier concept étant «la capacité de reconnaître les sentiments d’une personne, d’y être sensible, et de se mettre à sa place pour comprendre comment elle se sent», alors que pour le second, la «sympathie», on est seulement «touché par des sentiments ou des émotions d’autrui», sans pour autant chercher à passer à l’étape de s'investir pour le partage des sentiments. Il a conclu: «Nous devons nous exercer à l’écoute empathique», et il en a dégagé certains objectifs, dont l’apaisement des conflits (intra ou interpersonnels et le développement des relations de confiance.

Le dernier conférencier, l’Abbé Dieudonné Niyibizi, a quant à lui adapté sa réflexion sur une écoute journalistique lorsqu’il s’agit d’un contexte social relations entre des intervenants ou lors des entretiens avec des acteurs politiques. Pour lui, l’écoute d’un journaliste doit amener les gens, en fin de ses émissions, à asseoir un bon climat dans la société, et chez les acteurs politiques au consensus ou au compromis, cela au service de la réconciliation.

Il a signalé que le fondement de sa présentation réside essentiellement dans le message du pape François à l’occasion de la 56ème journée des communications sociales, dons il a distribué des copies pour des lectures personnelles. Il a signalé que le monde est engorgé d’interférences sociales et politiques qu’il considère comme des sources d’incompréhension, et dont il faut transformer en communiquant la paix au cœur! Il a demandé aux journalistes d’amener les protagonistes à s’écouter mutuellement pour chercher ce qui est intéressants dans les interventions de l’autre, en décourageant des situations de duologues.


Les conférenciers ont accordé aux participants un temps d’échange. Du point de vue professionnel, ils ont avancé l’inquiétude que le temps qu’ils ont quand ils vont sur terrain conviendrait difficilement à approfondir l’écoute de leurs interlocuteurs qui, souvent, veulent parler longuement. Par ailleurs, saluant les thèmes de la conférence, ils ont souhaité qu’ils soient pareillement sujets de développement devant les acteurs politiques, pour assainir le climat souvent émaillé d’incompréhensions entre eux et les journalistes.

La Journée Mondiale des Communications Sociales a été instituée en 1966, à l'initiative de l'Eglise Catholique, à l'issue du Concile Vatican-II. Dès lors, les fidèles Catholiques sont invités à participer à la célébration de cette journée, l’événement qui se décline le Dimanche entre l’Ascension et la Pentecôte.

Au cours de cette journée placée sous l’égide de la Communication, les chrétiens sont invités à découvrir les médias et les supports de communication proposés par l’Eglise, à méditer sur un message que le Pape publie le 24 Janvier de chaque année, en la fête de Saint François de Sales (patron des journalistes), mais aussi à prier pour les hommes et les femmes professionnels de la Communication et à soutenir les services de l’information et de la Communication.

Et au cours de cette année en cours, 2022, cette journée qui sera célébrée le Dimanche 29 Mai, les Journalistes Catholiques de Bujumbura se sont résolus, à l’issue de leur conférence, de la célébrer en allant visiter l’un des groupes de personnes vulnérables, qu'ils iront visiter et écouter, les personnes âgées. Ces dernières, de par leur expérience de vie, elles ont sans doute beaucoup de belles histoires à raconter aux jeunes générations et de conseils édifiants à leur donner.


Michel Nibitanga, CEDICOM

Commentaires
Recherche
Horaire des Messes
I. VICARIAT DE SAINT MICHEL
1. PAROISSE CATHÉDRALE REGINA MUNDI
A. Messes
Samedi : 17h00 (en Français)
Dimanche : 6h00 (en Kirundi),  7h00 (en Kirundi),  8h15 (en Français),  10h00 (en Kirundi),  12h00 (parfois, possibilité d'une messe circonstancielle, en Kirundi), 17h00 (en Français)
B. Adoration
Mardi : toute la journée, à la Chapelle
Jeudi : toute la journée, à la Chapelle
Samedi : 6h45 à 8h00
2. PAROISSE SAINT MICHEL
A. Messes
Samedi : 17h00
Dimanche : 6h30, 8h00, 10h00, 12h00, 16h30
B. Adoration
Jeudi : toute la journée
3. PAROISSE BUYENZI
A. Messes
6h00 (en Kirundi), 8h00 (en Kiswahili), 10h30 (en Kirundi), 16h30 (en Kirundi)
B. Adoration
Mercredi : 17h30
4. PAROISSE KANYOSHA
A. Messes
6h00, 7h30, 9h00, 10h30 et 16h
B. Adoration
Jeudi : 18h00
Dimanche : 13h00 à 16h00
Premier vendredi du mois : toute la journée
5. PAROISSE KININDO
A. Messes
6h00, 7h30, 8h45, 10h30, 17h30
B. Adoration
Jeudi, toute la journée
6. PAROISSE MUSAGA
A. Messes
Samedi : 17h00
Dimanche : 6h10, 08h00, 10h30, 16h30
B. Adoration
Mardi : 12h00 à 16h00
Jeudi : 15h00 à 16h00
Vendredi : 12h00 à 14h00
7. PAROISSE NYAKABIGA
A. Messes
Samedi : 17h30
Dimanche: 6h00 (en Kirundi), 8h00 (en Kiswahili), 10h00 (en Kirundi), 17h00 (en Kirundi)
B. Adoration
Du lundi à vendredi : 7h00 à 16h45
8. PAROISSE RUZIBA
A. Messes
6h30, 8h30, 10h30, 16h30
B. Adoration
Jeudi 15h et le 1er vendredi du mois
9. PAROISSE MUTANGA SUD
A. Messes
6h15, 08h15, 10h30, 17h00
Campus Mutanga : messe à 11h (en kirundi et en français alternativement)
B. Adoration
Mardi : toute la journée après la messe de 6h00
II. VICARIAT DE GIHOSHA
1. PAROISSE GIHOSHA
Messes de la semaine
Lundi - Samedi : 06h30
Dimanche : 6h00, 10h30, 16h00 ( en Kirundi) 08h15 en Français
Lundi à 18h00, messe en Français, suivie de l'adoration, jusqu'à 19h00.
Vendredi : Adoration à 17h30, suivie de l'Eucharistie en Français, à 18h30
2. PAROISSE BUTERERE
A. Messes
6h00, 8h00, 10h00, 16h30
B. Adoration
Jeudi : 15h00 à 17h15
Samedi : 5h30 à 6h20
3. PAROISSE GATUMBA
A. Messes
6h30, 8h30, 10h30
B. Adoration
Jeudi : 7h00 à 8h00
Deuxième lundi du mois : 17h30 à 19h00
4. PAROISSE KAMENGE
Messes
6h, 7h30, 9h00 (swahili),10h30,16h30
Gatunguru : 9h30
Nyabagere : 9h30
Muberure : 8h00, 10h00
Nyambuye : 8h00, 10h00
Gishingano : 8h00, 10h00
Buhayira : 9h30
Mbirira : 8h00
Adoration à la Paroisse
Jeudi 16h30 un jour par mois
5. PAROISSE KINAMA
A. Messes
06h00 (en Kirundi), 08h00(en Kiswahili), 10h00 (en Kirundi), 16h00 (en Kirundi)
Gahahe-Carama (en Kirundi) : 07h00 et 09h30
Gasenyi (en Kirundi) : 09h00
B. Adoration
Lundi à samedi de 7h00 à 19h00
6. PAROISSE NGAGARA
A. Messes
Samedi : 17h30
Dimanche: 6h00, 08h00, 10h00, 17h00
B. Adoration
Jeudi : 17h00 à 17h30
AUMONERIES ET CHAPELLES
1. PAROISSE CHRIST-ROI (AUMONERIE MILITAIRE)
A. Messes
8h15, 10h30
B. Adoration
-
2. AUMONERIE DE LA POLICE
A. Messes
API : 7h30 et 10h30
Socarti : 7h30, 10h30
Ex ENAPO : 8H30
1er GMIR (Buyenzi) : 10h30
2ème GMIR (Kanyosha) : 10h30
Socarti : Adoration, 1er mercredi du mois
3. CENTRE JEUNES KAMENGE
Messe
10h30 en français
4. SANCTUAIRE MONT SION GIKUNGU
Messes
6h00, 8h00,10h00 et 16h00
Adoration
Lundi à vendredi à partir de 7h00 jusqu'à 21h30
Dimanche de 13h00 à 18h00
4. PETIT SEMINAIRE KANYOSHA
Messe
Messe des séminaristes : 6h45
1ère Messe des fidèles : 8h30
2ème Messe des fidèles : 10h15
Adoration
Adoration du Saint Sacrement par les séminaristes et autres fidèles qui veulent : Dimanche à 18h15 à 19h00
III. VICARIAT DE BUHONGA
1. PAROISSE BUHONGA
A. Messes
Samedi : 12h00
Dimanche : 7h30, 10h00
B. Adoration
Jeudi : 7h30 à 8h30
Jeudi de la troisième semaine du mois : toute la journée
2. PAROISSE JENDA
A. Messes
Samedi : 12h00
Dimanche, 7h45, 10h00, 16h00
B. Adoration
Jeudi : toute la journée après la messe de 7h15
3. PAROISSE KARINZI
A. Messes
7h30, 10h00
B. Adoration
Du lundi au samedi : 6h00 à 6h30
4. PAROISSE MAGARA
A. Messes
7h30, 10h00
B. Adoration
Dimanche : 7h00 à 7h30
5. PAROISSE MATARA
A. Messes
7h30, 10h00
B. Adoration
Jeudi : 15h00
6. PAROISSE MAYUYU
A. Messes
8h00, 11h00
B. Adoration
Vendredi : 8h00 à 17h00
7. PAROISSE MUBIMBI
A. Messe
7h30, 10h00
B. Adoration
Jeudi : 8h00 à 10h00
8. PAROISSE MUTUMBA
Messes
7h30 et 10h00
Adoration
Jeudi à 14h00 sauf le 1er vendredi du mois (7h30)
9. PAROISSE RUGAZI
A. Messes
7h30, 10h30
Jeudi : 15h00
B. Adoration
Jeudi : 8h00
10. PAROISSE RUSHUBI
A. Messes
7h30, 10h00
B. Adoration
Jeudi : 8h00
11. PAROISSE RUTONGO
A. Messes
7h30; 10h00
B. Adoration
-
IV. VICARIAT DE MURAMVYA
1. PAROISSE BUKEYE
A. Messes
Samedi : 16h00
Dimanche : 6h00 , 7h40, 9h30, 11h30
B. Adoration
Jeudi : 7h10 à 19h00
2. PAROISSE BUKWAVU
A. Messes
7h30, 10h00
B. Adoration
Jeudi : 14h00 à 15h00
3. PAROISSE BUZIRACANDA
A. Messes
Samedi : 12h00
Dimanche : 7h30, 10h00
Mercredi : 17h30 (Messe en Français)
B. Adoration
Jeudi : 16h00
Dimanche : 13h00
5.PAROISSE GASURA
4. PAROISSE KIGANDA
A. Messes
Samedi : 11h00
 Lycee: 16h00
Dimanche : 7h00, 9h00, 11h00
B. Adoration
Jeudi : 16h00
Dimanche : 13h00
5. PAROISSE KIVOGA
A. Messes
6h30, 8h30, 10h30, 12h30
B. Adoration
Jeudi : après la messe de 6h30
6. PAROISSE MUNANIRA
A. Messes
Samedi : 12h00
Dimanche : 7h15, 10h00
B. Adoration
Jeudi : 7h30 à 18h00
Premier vendredi du mois : 7h30 à 12h00
7. PAROISSE MURAMVYA
A. Messes
7h00, 8h30, 10h30
B. Adoration
Jeudi : toute la journée
8. PAROISSE RYARUSERA
A. Messes
8h00, 10h15
B. Adoration
Jeudi : après la messe de 6h30
Parole de Dieu
Avez-vous une question?
Faire un Don
Tweets de CEDICOM
Tweets du Pape
Posts de CEDICOM
81 Visiteurs en ligne
Centre Diocésain de Communication CEDICOM
Nos contacts
Bld Patrice Lumumba, 21, Bujumbura, Burundi
+257 22 22 05 00
+257 61 22 19 19
B.P. 690 BUJUMBURA BURUNDI
cedicom.buja@gmail.com
Inscription à la newsletter
Posez une question
©2022. CEDICOM Archidiocèse de Bujumbura Designed by : DS COMPANY
Faites un don au Diocèse* Caritas pour les vulnérables* Formation des Séminaristes et des catéchistes* Construction des Eglises dans les Succursales* Soutien aux prétresModalités de donationTransfert sur un compte de l'ArchidiocèseEn francs burundais : Interbank Burundi : 701-02790-0152(Diocèse de Bujumbura)En Dollar américain : BRB : 3302/493 (Archidiocèse BUJA/USD) Swift Code : BRBUBIBIEn Euro : BRB : 3320/368 (Archidiocèse de Buja/EURO) Swift Code : BRBUBIBI